The X-Files, entre déception et nostalgie

Alors que j’avais une quinzaine d’années, The X-Files est la première série devant laquelle j’ai réalisé que le format sériel offrait des possibilités illimitées. Accessoirement, la série m’a aussi donné l’envie de m’intéresser au Cinéma de genre1Notamment via Mad Movies, magazine découvert à l’occasion de son numéro 98 consacré à la série. Mad Movies 98 (Carpenter, Cronenberg, Romero, Argento pour ne citer que quelques maitres).

Ne serait-ce que pour cela, la série de Chris Carter aura toujours une place à part dans mon cœur.

Ceci dit, je me dois également de confesser que la fameuse mythologie de la série m’a laissé sur le bord de la route aux alentours de la saison 4 mais cela ne m’a pas empêché de continuer à apprécier l’atmosphère si particulière de la série ainsi que ses loners souvent brillants.
De même, je n’ai pour ainsi dire aucun souvenir des deux dernières saisons de la série (c’est tout juste si je me souviens que Robert Patrick était là…).

Lire la suite …