P’tit Quinquin, Twin Peaks au pays des ch’tis

P’tit Quinquin est une série policière suivant un duo de flics aussi improbable que manifestement incompétent, deux gendarmes perdus au milieu de personnages tous plus étranges les uns que les autres et de crimes qui se révèlent à l’avenant.

"Gendarmerie Nationale quand même ! Donc... euh... bon..."
“Gendarmerie Nationale quand même !
Donc… euh… bon…”

En parallèle de l’enquête, on s’intéresse au p’tit Quinquin et à sa bande de copains qui tentent de braver l’ennui dans la torpeur estival.
Le titre et l’étrangeté du récit qui présente tous les personnages comme de quasi-extra-terrestres à l’exception notable de la mère et des amis du jeune garçon laissent penser que le récit est peut-être la manière dont celui-ci se souvient des événements de cet été-là.
Un regard enfantin qui serait parvenu à transformer un sordide fait divers en véritable récit onirique.

Rien dans les quatre épisodes que compte P’tit Quinquin ne viendra jamais confirmer – ni infirmer – cette hypothèse et on peut très bien voir la série pour ce qu’elle est avant tout, à savoir une formidable comédie policière burlesque peuplée par une galerie de personnages que nous ne sommes pas près de revoir de sitôt à la Télévision.

Au delà de la puissance évocatrice de son histoire, Bruno Dumont réalise un véritable tour de force dont lui seul à le secret au niveau du casting et de la direction d’acteur.
Les personnages sont campés par des amateurs mais cela n’empêche jamais l’auteur-réalisateur d’obtenir des performances absolument démentes1 qui sonnent malgré tout parfaitement juste dans l’univers surréaliste qu’il dépeint.
A ce niveau, ce n’est pas simplement exceptionnel, cela relève pratiquement du miracle pur et simple.

Ptit Quinquin avec Eve son amoureuse
Ptit Quinquin avec Eve son amoureuse

Le résultat est une œuvre profondément singulière à laquelle il faut absolument laisser sa chance.
Personnellement, j’ai été totalement happé par cette histoire et j’avoue même avoir pleuré de rire devant l’audace – voire la folie absolue – de certaines séquences2.

Si, comme moi, vous êtes honteusement passé à côté de P’tit Quinquin lors de sa diffusion à la rentrée 2014 sur Arte, c’est le moment de vous rattraper !3.


  1. Toutes sont vraiment très bonnes mais j’avoue que Bernard Pruvost qui incarne le commandant Van der Weyden m’a totalement scotché ! Ses tics, sa démarche, son élocution… Il est tout simplement bluffant ! 
  2. En vrac : La scène de l’église, la voiture à deux roues, les répliques autour des vaches folles et carnivores, la rencontre avec le procureur, l’évocation grossière du peintre Rubens, les cascades de Van der Weyden… J’en passe et des meilleures. 
  3. Les coffrets DVD ou Blu-ray peuvent faire un super cadeau de Noël même si l’option iTunes reste la moins onéreuse. 

Un avis, un commentaire ou une question ? N'hésitez pas ! :)