Engrenages, une belle réussite française

Près de dix ans après son lancement, Engrenages a achevé il y a quelques semaines sa cinquième saison et, une nouvelle fois, la qualité de l’écriture de la série s’est montrée absolument exemplaire.
Anne Landois et Simon Jablonka font notamment un travail remarquable lorsqu’il s’agit de faire progresser leurs différents personnages (des avocats, des juges et bien entendu des flics) tout en s’appuyant sur le vécu des saisons précédentes.

La production de la série a beaucoup communiqué l’an passé autour de l’importance de ses consultants métiers1 et je pense que, contrairement à tant d’autres séries où ce type d’intervenants se limite à un rôle au mieux anecdotique, ces derniers impactent ici réellement la série. Les séquences situées dans le Palais de Justice ont notamment toujours sonné particulièrement juste et je ne serais pas surpris que les conseils du juge Gilbert Thiel et des pénalistes Clarisse Serre et Philippe Sarda soient au moins en partie liés à ce sentiment.

La capitaine Berthaud (Caroline Proust) et le juge Roban (Philippe Duclos)
La capitaine Berthaud (Caroline Proust) et le juge Roban (Philippe Duclos)

Cette nouvelle saison fonctionne en grande partie comme un whodunit, une approche souvent synonyme de frustration tant il est difficile d’apporter une résolution satisfaisante et organique à ce type d’intrigues. Mes réserves ont ici été totalement balayées, la narration parvient à faire monter efficacement la tension tout en offrant un dénouement tout à fait convaincant.
Il est aussi assez bluffant de constater à quel point le tout que constitue la saison a été pensé jusque dans les moindres détails au point d’aboutir à un superbe exercice de toutéliage2 sans que celui-ci ne paresse jamais forcé.
On ne peut vraiment que saluer le travail des auteurs qui sont une nouvelle fois parvenus à nous offrir une saison absolument passionnante de bout en bout.
C’est sombre, parfois drôle – notamment par l’intermédiaire du commissaire Herville (interprété par Nicolas Briançon) qui avec ses crises de nerfs destinées à remuer ses équipes apporte une note légère aussi inattendue que bienvenue (juste ce qu’il faut pour détendre un peu l’atmosphère devant sa TV sans pour autant briser la tension dramatique mise en place par les auteurs) – mais c’est surtout toujours d’une redoutable efficacité.

Pierre Clément (Grégory Fitoussi) et un client
Pierre Clément (Grégory Fitoussi) et un client

Finalement, mon seul grief concerne la mise en scène d’une des toutes dernières séquences de la saison un peu précipitée sur le plan formel, mais cela reste tout à fait anecdotique au regard de l’excellente qualité de la saison.
Je trouve par ailleurs amusant de constater que Braquo, l’autre série policière de Canal+, est souvent présentée sur un pied d’égalité avec sa grande sœur Engrenages alors que les deux séries n’ont absolument rien à voir sur le plan qualitatif.
Engrenages, brillamment écrite, contraste totalement avec le vaste bordel narratif que constitue Braquo (à chaque fois que je pense à cette dernière, je ne peux pas m’empêcher d’imaginer des scénaristes cocaïnés totalement perdus dans le fil de leur propre récit).

Lorsque l’on parle de vente de séries françaises à l’étranger, on parle souvent de Sous le soleil3.
Heureusement, des projets nettement plus ambitieux et aboutis s’exportent tout aussi bien si ce n’est mieux et c’est justement le cas d’Engrenages qui est diffusée dans plusieurs dizaine de pays et notamment en Angleterre (Sur BBC Four que l’on pourrait comparer à notre France 5), au Danemark (sur DR2, la petite soeur de la chaîne publique qui est à l’origine de Forbrydelsen, Bron et Borgen) ou encore aux Etats-Unis (où elle figure dans le catalogue de Netflix).
Bref, Engrenages est la preuve que la qualité paie (aussi) !

Joséphine Karlsson (Audrey Fleuriot) et un client
Joséphine Karlsson (Audrey Fleuriot) et un client

Vous avez compris où je voulais en venir, Engrenages est une série qui mérite vraiment que l’on s’y intéresse et, cela tombe bien, elle est facilement disponible aussi bien sur support physique (DVD ou Blu-ray) qu’en VOD (sur iTunes ou Canalplay notamment).

A noter que l’écriture de la saison 6 a démarré il y a environ un an.
Ceci dit, il s’agit d’un processus qui s’étale sur environ 18 mois et il ne faut donc pas s’attendre à retrouver la série plus tôt que d’habitude4.

PS: Concernant la diffusion initiale de la saison 5, on peut noter que Canal+ s’est essayée à la méthode Netflix en proposant l’intégralité de la saison (moyennant finance bien sûr) sur son service de VOD Canalplay dès le premier soir de la diffusion sur son antenne.


  1. On le perçoit notamment dans les papiers du Parisien et du Monde.
    La série compterait pas moins de sept consultants (policiers, avocats et juges). 
  2. Copyright Ju de pErDUSA pour ce joli néologisme. 
  3. Une série qui a tout de même un lien avec Engrenages au travers du comédien Grégory Fitoussi
  4. En toute logique, la série devrait revenir à la rentrée 2016. 

Un avis, un commentaire ou une question ? N'hésitez pas ! :)